Gérard Boulad – 1923-2013

Alexandrin de naissance, Gérard Boulad se lance d’abord dans le journalisme – chroniques et critiques de spectacles et de livres -, puis devient libraire et alterne entre ces deux métiers en Égypte et au Liban. Au Canada depuis 1976, il opte pour la traduction et entre au défunt Secrétariat d’État qu’il quitte après avoir découvert les charmes de la traduction littéraire. Particulièrement intéressé par le cinéma, il est de l’équipe qui a lancé 24 Images et collabore régulièrement à Ciné-Festival. Auteur d’albums touristiques sur le Liban et sur le Koweit (Éd. Delroisse-Vilo, Paris 1975), il est finaliste du prix de traduction du Gouverneur général en 1989 pour Profession Religieuse de Marta Danylewycz (Boréal). Son dada au sein de l’ATTLC : oeuvrer au rayonnement de l’association, au plan local, national et international.

MON AMI GÉRARD

Mon Dieu, comment rendre justice
En quelques mots, en quelques rimes
À cet ami, à ce complice?
Complice, oui, mais pas de crimes.
Collaborateur ou collègue
Seraient des termes mieux choisis,
Mais ils n’ont pas ce rien d’espiègle
Ni le soupçon de fantaisie
De ce séducteur polisson.
Gérard aux multiples facettes,
Gérard marié, Gérard garçon,
Gérard acteur dans des saynètes,
Gérard libraire ou traducteur,
Gérard le Grand d’Alexandrie,
Gérard journaliste et auteur,
Gérard le père et le mari,
Gérard au départ de Beyrouth
Et fonctionnaire à Ottawa;
Changer de cap, changer de route,
Tout en restant fidèle à soi.
Fidèle à lui-même, Gérard,
Fidèle à ses amis, aussi,
Fidèle à ses passions, à l’art,
Aux livres et aux films réussis.
Dévoué pour l’Association
Des traducteurs et traductrices
Littéraires du Canada,
(Ici la rime n’y est pas.
Pardon pour cette imperfection.
Je reprends vite ma matrice.)
Toujours plein de projets, d’idées,
Qu’il met en œuvre et réalise,
Gérard c’est un gars « formide » et
Un pilier dans toutes les crises.
De tout ce qu’il dit et qu’il fait,
Ce qu’en tout cas j’aime le mieux,
C’est quand on va prendre un café
Et qu’il me dit « Salut, mon vieux! »

© Robert Paquin

11 juillet 2003

Œuvres traduites

Ball, Norman R., Bâtir un pays (avec Jourdain, B. et Mineau, S.), Montréal : Boréal, 1988.

Danylewycz, Marta, Profession : Religieuse (Un Choix pour les Québécoises, 1840-1920), Montréal : Boréal, 1988.

Denis, Paul & Derek Grout, Monnaies grecques et romaines, Montréal : Musée des Beaux-Arts de Montréal, 1981.

Freeman, Alan & Patrick Grady, Québec-Canada, Les Enjeux de la division, Montréal : Hurtubise HMH, 1995.

Ignatieff, Michael, L’Album russe, Montréal : Boréal, 1990 (en coédition avec Payot, Paris).

McCullough, Allan, La Monnaie et le change au Canada, des premiers temps jusqu’à 1900, Ottawa : Parcs Canada (Ministère de l’environnement) 1986.

McIntosh, Dave, Les Receveurs, Toronto : NC Press Ltd., 1985.

Painchaud, J.A, L’Église catholique et le mouvement de la colonisation francophone, 1870-1915, Ottawa : Secrétariat d’État, 1985.

Stenger Frey, Katherine, Enfants du Nord, Montréal : Éditions du Noroît, 1997. (Édition trilingue : anglais, français et inuktitut).

Strachan, Al, Cent ans de hockey, Montréal : Hurtubise HMH, 2000.

Swinton, Nelda, La Déesse inuite de la mer, Montréal : Musée des Beaux-Arts de Montréal, 1980.

2019-02-20T19:59:32-04:00